keep-calm

Humeur du soir...

Alors qu'aujourd'hui j'ai eu la chance de ne pas être snobée ou prise de haut par des professionnels, je me suis réjouie d'avoir échangé avec des event-planner. Fière..

Bien entendu, j'en ai parlé autour de moi. Enfin quand je dis "autour de moi", il s agit de ma famille, mon mari et mes parents.

Bien entendu j'étais folle de joie...

Et bien entendu comme à chaque fois, j'ai eu le droit au même discours, ce discours, qui en lieu et place d'encouragements, me renvoie littéralement dans mes 22. Celui qui, gonflé de "oui mais..." me rend folle de colère. Colère réfrénée malgré moi, parce qu'on ne se rebelle pas chez moi.

Ce discours que j'entends depuis le jour où j'ai décidé de croire en mon projet..

Rêver, ambitionner, Croire, m'accrocher, m'accomplir en bref...

.Mais seule.

Seule dans ce projet qui me tient tant à coeur, seule à étudier toutes les possibilités pour que ça marche...

Seule mais entourée de soutiens virtuels (vous) quand je n'attends que le soutien de ceux que j'aime.

Seule parce que mes proches sont frileux, peureux, me croient assez folle pour lâcher mon job stable et me lancer à corps perdu dans ce projet, MON PROJET;

Et alors que c'est le énième discours sermon, je réalise tout à coup, que c'est l'histoire de ma vie...

Ma créativité mise à mal, mise en sommeil....

Cet esprit créatif, fourmillant d'idées, je le tiens de mon père, celui là même qui aujourd'hui me freine à coups de "oui mais"....

Faire ses preuves, encore et encore, faire bien mais devoir faire mieux, s'échiner à toujours prouver... Ca c 'est à ma mère que je le dois....

Calculer, prévoir, compter, recompter, assurer l'avenir au détriment de s' épanouir dans le moment T, c'est le leit motiv de ma moitié.

Pourtant j'y crois, moi, en mon idée.